Le jeu d’échecs, une gymnastique mentale, un sport mais aussi un art

Photo montage

L’école a mis en place cette année une activité centrée sur l’apprentissage des règles d’échecs et sur le déroulement d’une partie dans les classes de CE2/CM1/CM2.

Ils sont 10 élèves à participer chaque mardi de 16h30 jusqu’à 17h30 depuis la Toussaint à cette activité. Ils sont encadrés par monsieur Pascal Coupez, titulaire d’un diplôme national d’animateurs d’échecs depuis 1994 et par madame Hingrand Christine titulaire de la classe des CM1/CM2.

L’assimilation des règles et la conduite d’une partie mobilisent de multiples facultés et suscitent des capacités très variées qui favorisent le développement intellectuel et préparent directement aux disciplines scientifiques : l’organisation de l’espace et du temps, l’attitude objective et critique, la logique, l’esprit d’analyse et de synthèse, la mémoire,…

Avec moins d’évidence au premierr abord, l’expression verbale apparait cependant un des points forts de ce jeu, tout au long de l’apprentissage. Constamment nos jeunes joueurs s’interrogent ou essaient de trouver des justifications ou des réserves à tel mouvement de pièce envisagé. Ainsi s’impose et donc se développe progressivement l’exigence de précision et de rigueur dans l’expression.

Dans ces échanges, l’enfant fait aussi l’expérience de la nécessaire maîtrise de soi, de la sociabilité. Il faut savoir attendre son tour pour intervenir, apprendre à se mettre à la place du partenaire, prendre en compte sa démarche et sa réflexion, pour pouvoir trouver de bonnes suggestions, de bonnes critiques, de bonnes parades.

Ce jeu, véritable art de vivre, contribue efficacement au développement harmonieux de la personnalité des enfants . Il aide à maîtriser ses émotions, développe l’analyse silencieuse, la concentration .Il stimule une saine compétitivité ou, au contraire canalise une combativité trop brutale ou anarchique. Il incite à s’affirmer ou, au contraire, à se modérer dans l’affirmation de soi.

Ce jeu valorise l’enfant

 Jouer au « jeu des Rois » et au « roi des jeux » est prestigieux. Des occasions d’échanges supplémentaires entre la famille et l’école, ainsi qu’à l’intérieur de la famille se créent.

Les enfants apprennent à jouer avec leurs camarades, puis jouent avec leurs parents, leurs frères et sœurs, qu’ils initient éventuellement, renforçant ainsi leurs liens par une nouvelle activité partagée et valorisant pour eux-mêmes.